Généralités

Pour bien comprendre l'évolution de l'espace rural, il est nécessaire de revivre toute l'évolution de l'agriculture qui en, à peine 20 ans, a fait passer les  paysans  en exploitants agricoles.

Quoi de mieux pour se faire que de visionner un documentaire qui traite le sujet. ..et qui commence ainsi ....

Ces hommes, ces femmes, ces paysans à la fois si lointains et si familiers, .. nos grands parents souvent ... font remonter des images d'un monde rural encore proche.
Il n'aura fallu pourtant qu'une génération, une seconde à l'echelle de temps , pour qu'une civilisation paysanne millénaire disparaisse ...
Disparaisse ??? pas tout à fait !!! Il nous est resté des images idéalisées d'un monde d'équilibre, emprunt de sueur et de spiritualité, de bonheur simple fondé sur la terre, l'élevage, le village et le clocher dont nous sommes tous issus .... "

Voila comment cela c'est passé ....... ( cliquer sur la vidéo ci-dessus pour visualiser )

1947 : Libérées depuis deux ans, les villes ont faim. Jamais le pays n'aura autant compté sur ses paysans. Oui mais voilà : le monde rural n'est plus dans l'époque. Il est mis en demeure de se moderniser. En quelques années, la mécanisation va le faire passer d'un mode de vie fondée sur la lenteur à celui de la vitesse. La modernisation introduit une révolution dans l'économie et la mentalité paysanne: le crédit. L'endettement contraint à produire plus, donc au recours systématique des engrais chimiques. Productivité et planification se révèlent incompatibles avec le système traditionnel paysan où patriarche, famille et entreprise ne faisaient qu'un. Il implose. Un peu plus d'une génération s'est écoulée depuis la Libération. Ce n'est désormais plus le ciel que la nouvelle génération de paysans consulte,  ..........................................

 

14
Smiley mad Comme vous avez pu le voir, la vidéo ci-dessus, avait une nouvelle été supprimée sur Youtube pour diverses raisons. Ce qui était bien dommage.  Mais ce reportage vidéo est réapparu récemment  ( Smiley interrogatif .. pour combien de temps ??? .)  Aussi profitez en rapidement pour les visionner.


 ..........Pour longtemps encore nous sommes tous des paysans 

 

 
 
 

 


 
Voici une série de très jolies photographies de scènes du monde paysan en France au début du siècle dernier trouvé sur le sitehttp://www.linternaute.com/savoir/magazine/photo/quand-la-plupart-des-francais-travaillaient-aux-champs/en-savoir-plus.shtml 
Les photographies proviennent de l'agence Roger VIOLET:  Si vous cliquez sur le lien suivant http://www.roger-viollet.fr/ vous pourrez visionner une série de magnifiques photographies en n/bl. (diaporama automatique).


Un monde vaincu par l'exode rurale. (Réalisation textes et photos: Romain ROGET.)

Si la France a connu une première phase d'exode rurale durant la seconde moitié du XIXème siècle, le seuil des 50% de population urbaine ne fut franchi qu'en 1937, soit près d'un siècle après le Royaume-Uni, premier pays à avoir profité de la révolution industrielle.

Ainsi, de 1900 à 1950, les campagnes se dépeuplent plus lentement et la mécanisation tarde à se généraliser. Chevaux de traits et boeufs de labour restent la norme, même si les tracteurs gagnent progressivement du terrain. Une majorité des français vivent encore au rythme des saisons et d'un travail harassant tandis que le monde ouvrier gagne ses droits.

A partir des années 1950, l'arrivée de l'agriculture moderne sonne le glas de ce mode de vie : l'accélération de la mécanisation permet d'accroître rapidement la productivité mais réclame des parcelles de taille plus importante. Les pouvoirs publics accompagnent alors favorablement le départ vers les villes. En quelques années, la France change de visage. Aujourd'hui, moins de 25% de la population vit en zone rurale tandis que les agriculteurs représentent environ 5% des actifs.




Au début du XXème siècle, la France présente encore un visage très rural. Les premiers départs massifs vers les villes ont eu lieu au siècle précédent mais ils sont ralentis par la crise économique. Dans cette scène de moisson datée de 1935, la charrette est encore tirée par des boeufs. © Gaston Paris / Roger-Viollet



Le seuil des 50% de population urbaine fut franchi dans la deuxième moitié des années 1930. Cependant, ce n'est qu'à partir de 1950 que l'exode commence véritablement. De 1900 à 1950, la majorité des Français vit donc au rythme d'une agriculture encore faiblement mécanisée. Binage dans un champ de betteraves en Ile-de-France, 1931. © François Kollar / Bibliothèque Forney / Roger-Viollet



Une famille de paysans prend la pose dans la cuisine. On remarque la charcuterie séchant au-dessus de la cheminée. France, vers 1935. © Roger-Viollet



Image traditionnelle de l'agriculture ancienne : une charrue tirée par les boeufs. En 1935, le tracteur est loin d'être généralisé. © Gaston Paris / Roger-Viollet



Cependant la modernité a fait son apparition dès la fin du XIXème siècle. Ici, en 1908, cette herse scarificatrice se passe d'attelage. La herse permet de lisser la surface d'une terre labourée. © Jacques Boyer / Roger-Viollet



Si la femme participe aux travaux des champs, notamment pendant la moisson, son rôle est essentiellement de " tenir la maison ". Sur cette photo prise en Charente en 1931, un aménagement sur le bord d'un ruisseau fait office de lavoir. © François Kollar / Bibliothèque Forney / Roger-Viollet



L'école est gratuite et obligatoire depuis 1881, cependant, les enfants et jeunes adolescents gardent un rôle important dans les fermes. © François Kollar / Bibliothèque Forney / Roger-Viollet



De même, les personnes âgées accomplissent des tâches à la mesure de leurs forces. Sur cette photo de 1931, une paysanne charentaise tient un des lapins certainement élevés dans les clapiers de la ferme. © François Kollar / Bibliothèque Forney / Roger-Viollet



Pour les plus jeunes, la toilette se fait dans la cour... France, vers 1900. © Jacques Boyer / Roger-Viollet



La vie grouille dans les fermes, comme le montrent ces oies photographiées quelque part dans la campagne française entre 1900 et 1910. © ND / Roger-Viollet



La vie est rythmée par des rites qui semblent immuables. Avant que les boulangeries ne se généralisent, le four à pain trouvait sa place dans de nombreuses fermes. Le Val-d'Ajol (Vosges). 1934. © Jacques Boyer / Roger-Viollet



Image d'Épinal de la vie rurale, la traite des vaches suit un strict rythme quotidien. France, vers 1930. © Roger-Viollet



Rite saisonnier toujours pratiqué de nos jours, l'exécution du cochon s'accompagne d'une multitude de tâches : découpage, préparation du boudin, de la charcuterie... Ici, on prépare la salaison. France, vers 1935. © Roger-Viollet



Il ne faut cependant pas oublier que pour les paysans, le gros du travail se fait au champ. Les besognes souvent harassantes s'exécutent au rythme des saisons. France, 1920. © Jacques Boyer / Roger-Viollet



Selon les cultures, le semis est pratiqué de diverses manières. Ici, les paysans ont recours à un semoir à cuillères tracté par un cheval. France, 1914. © Jacques Boyer / Roger-Viollet



Activité cruciale de la vie paysanne, la moisson mobilise les campagnes pendant la période estivale. Ici, des lycéens faisant la moisson aux environs de Rambouillet (Yvelines) en 1916. © Maurice Branger / Roger-Viollet



Au début du siècle, les récoltes se font encore à la faux. France, 1908. © Jacques Boyer / Roger-Viollet



Tout le monde tient son rôle pendant la moisson, comme le prouvent cette femme et cet enfant en Ile-de-France au début du XXème siècle. © Roger-Viollet



Tâche éprouvante, le battage se pratique encore à la main pour certaines cultures. Nord de la France, 1911. © Jacques Boyer / Roger-Viollet



Cependant, la moisson bénéficie de plus en plus de la mécanisation. Ainsi, les moissonneuses et moissonneuses-lieuses, tirées par un tracteur ou des chevaux, prennent efficacement le relais de la faux et augmentent considérablement la productivité. Ile-de-France, Beauce, 1931. © François Kollar / Bibliothèque Forney / Roger-Viollet



De multiples solutions permettent de mécaniser le battage, fastidieux travail de séparation du grain de la paille. Sur cette photo de 1935, une batteuse est actionnée par un cheval. © Roger-Viollet



Plus couramment, les batteuses sont entraînées par des moteurs électriques ou à explosion. France, 1913. © Jacques Boyer / Roger-Viollet



Le blé est moissonné, lié puis emmené en charrette jusqu'à la batteuse. C'est à cette étape qu'intervient ici le prêtre pour bénir la moisson. Seine-et-Marne, Juillet 1943. © LAPI / Roger-Viollet



Au-delà du travail, les saisons sont aussi marquées par les fêtes, notamment pour célébrer la fin des moissons. Garches, septembre 1945. © LAPI / Roger-Viollet



L'hiver, moins harassant, exige tout de même son quota de travail. En préparant le terrain pour la culture des poireaux, ce paysan repart vers une nouvelle année de travail. France, 1930. © Jacques Boyer / Roger-Viollet
 
 
Deux image de mes archives. Elles ont été prise dans la Vallée d'Orbey. Pas facile les images du manque paysan. Faut d'abord se faire accepter