Vedrines legende

Dans les années 1911, il y avait dans le village un tout jeune garçon .......qui ne rêvait que d'aviation, surtout depuis que le célèbre Védrines s'était posé, à la suite d'une panne, dans un champ du village. Les habitants étaient accourus en foule, et au premier rang des badauds, il y avait ce jeune garçon dont l'histoire n°a pas retenu le nom.

Remarquons, au passage, que l'identité du pilote n'est pas certaine ; Jules Védrines était si populaire, même dans la Brie profonde que, pour des campagnards, un aviateur ne pouvait être que Védrines !

Quoi qu'il en soit, notre jeune garçon décida de construire, lui aussi, son aéroplane, mais là, l”anecdote s'efface devant le merveilleux...

ll la construisít sa machine volante, avec des caisses et des portes d`armoire en guise d`ailes.

ll accrocha son appareil à une mansarde, convoqua le village incrédule, monta dans l'habitacle et se jeta résolument dans le vide.

l-`incrédulité fit place à l'admiration I Tous les villageois, le nez en l'air, scrutaient le ciel vide. ll avait disparu ! On ne le voyait plus ! Il avait réussi ! Le village entrait de plain-pied dans l`histoire naissante de l' aéronautique !

La réalité était tout autre... Au pied de la maison. dans un buisson d'orties, le téméraire  aviateur  gisait. meurtri  et  moitié assommé, parmi les débris de son appareil.

C'est pourquoi, les yeux tournés vers le ciek, le public ne le voyait pas. Puis un homérique éclat de rire clôtura le meeting, . et l`inventeur malchanceux. rouge de honte et de brûlures d'orties, rentra chez, lui. mais le surnom de Védrines lui resta...

La vérité était moins pittoresque : le gamin. que par dérision on surnommaít réellement Védrines. s'était fabriqué, avec des planchettes et de la ficelle, un petitjouet qui ressemblait de très šoin à un aéroplane. Un beau jour. excédé de le voir s`amuser avec cet amas informe. son pere atttrapa la << machine volante ›› et la lança dans la lucarne ouverte d`un grenier à foin.

Malheureusement. au terme de ce premier vol, l”appareil saccrocha à une poutre.

Le père parti au travail. l`enfant grimpa dans le grenier pour récupérer son bien, l`attrapa, glissa et chuta au bas de la bâtisse, dans les orties. au milieu des morceaux de son jouet brisé.

ll s`en tira avec plus de peur que de mal, et outre les piqûres d`orties, avec une fessée magistrale que son père lui administra pour lui apprendre àj ouer les filles de l`air.

Et l`on parla longtemps de cette mésaventure à la veillée ou au zinc des bistrots du village.

Petit à petit, l'histoire s`enjoliva, quelques malicieux des localités voisines s`en emparèrent afin de tourner en dérision la naïveté de l'apprenti aviateur et de se moquer des habitants d' Andrezel

La légende était née.

Vedrines1 1

Date de dernière mise à jour : 05/07/2021